Accueil > QUI SOMMES-NOUS ? > Fondateur

Fondateur


Né à Lyon, Maurice Giuliani y fit des études de lettres et de droit à la faculté catholique. Il entre au noviciat d’Yzeure en 1935. Ses dons littéraires et son sens pédagogique le font nommer préfet des études auprès des jeunes jésuites.

En 1952, au lieu de continuer dans la formation des jeunes, Maurice Giuliani est appelé à mettre ses qualités spirituelles et intellectuelles, au service de la Compagnie en fondant une revue de spiritualité, « Christus », à la fois authentiquement ignatienne et accessible à un large public. Ce fut dès le début un vrai tour de force de rassembler et d’éditer chaque trimestre un numéro de cinq ou six articles.
Parallèlement, il lance aussi la collection Christus, reprenant tout le fonds ignatien, dont le journal spirituel d’Ignace, qu’il traduit lui-même.

En 1962, Maurice Giuliani demande à être relevé de sa fonction de directeur de Christus. Il est nommé Supérieur de la rue Monsieur et directeur des « Etudes ».

Élu à la trente-et-unième Congrégation Générale des Jésuites qui s’est tenue à Rome (1965-1966), il fut choisi par cette assemblée comme Assistant Régional de France. Il resta ainsi sept années à Rome, proche conseiller du Préposé Général de l’époque, le Père Pedro Arrupe. Années pendant lesquelles ont pu s’exprimer ses qualités d’homme de contact et de plein vent.

...En 1972, Maurice Giuliani rentre en France. Il est nommé instructeur du Troisième An. Par ailleurs, rapidement, il perçoit chez plusieurs personnes qu’il accompagne un cheminement qui les conduit à entrer dans les Exercices Spirituels tout en restant dans la vie.

En réponse à ce besoin, il s’engage avec eux dans cette aventure. « C’est un succès et il fonde l’Association de la Bienfaisance - maintenant Association Maurice Giuliani - qui réunit un certain nombre de laïcs, de religieuses, de prêtres pour l’accompagnement de ceux qui désirent vivre pleinement les Exercices sans pour autant quitter ce qui fait leur quotidien. Le Bulletin de l’Association se fait l’écho de tout le travail qui s’y fait.

Parler de Maurice Giuliani, ce n’est pas d’abord parler de ses qualités intellectuelles, culturelles, c’est d’abord parler d’un homme face à son Dieu, d’un homme libre, d’un homme de désir qui cherche à suivre le Christ à travers les complexités, les richesses mais aussi les lourdeurs des Institutions de son époque. C’est aussi dans une lutte contre ses propres limites que se trace un chemin vers Dieu. » (extraits du mot d’introduction du P. Pierre Olry lors des obsèques du P. Giuliani, Bulletin n° 54 p. 3 & 4)

Le Père Giuliani n’était pas un homme « public »... C’était l’homme du retrait et de la conversation spirituelle... Il avait appris des Exercices la distance respectueuse qui se refuse à prendre, chez son interlocuteur, la place de son Créateur et Seigneur, pour laisser celui-ci « agir sans intermédiaire » dans l’humble hospitalité de l’écoute et de la confirmation...

Il aurait signé des deux mains cette remarque de Pierre Favre, le premier accompagnateur des Exercices : « En cherchant Dieu par l’esprit dans les activités quotidiennes, on le trouve ensuite plus facilement dans la prière, mieux qu’en le cherchant d’abord dans la prière pour le trouver ensuite dans l’action, comme on le fait souvent (Mémorial p.211) Celui qui ne cherche pas Dieu en toutes choses, pensait-il, ne le trouve pas davantage dans la prière, s’il porte en lui l’encombrant souci de soi. C’est dire son exigence d’une attention paisible et continuelle à l’intention droite et à la motion de l’Esprit dans les décisions notables comme dans les petits événements de la vie quotidienne, (extraits de l’homélie prononcée par le P. Claude Flipo lors de l’Eucharistie célébrée à la mémoire de M. Giuliani en l’église St Ignace, Bulletin n° 54 p. 8)


En 1991, à l’occasion du 500ème anniversaire de la naissance d’Ignace, le Provincial de France le
charge de la réalisation de l’ouvrage intitulé « IGNACE DE LOYOLA. Ecrits » traduits et présentés
sous sa direction.
Cet ouvrage recueille une sélection d’écrits d’Ignace.

Il est également l’auteur d’une série d’articles regroupés en trois ouvrages :
- Prière et Action (épuisé)
- L’Expérience des Exercices spirituels dans la vie, col. Christus chez Desclée De Brower
Bellarmin
- L’Accueil du temps qui vient, col. Christus chez Centurion Bayard

Sans oublier sa traduction commentée du Journal Spirituel de St Ignace.